Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes p'tits billets... pas toujours doux !

Ce blog est dédié à mes rencontres, mes passions, et à ma si jolie ville, Albi, coeur d'Occitanie. Pour le plaisir du partage, de l'écriture et peut-être, le vôtre... celui de la lecture !

A demain peut-être.

Ils ont ramené son corps à la maison. L'ont posé sur son lit. Ils l'ont couvert d'un drap blanc immaculé, comme s'il était endormi. Son visage était fermé. Tendu. Ce n'était plus mon père. J'en avais peur.

Le long défilé a commencé. La famille, les amis, les voisins… Tous sont venus le voir, nous voir pétris de souffrance. Tous. Même ceux qui ne l'appréciaient guère sont venus constater sa mort, croiser nos regards et afficher leur mine pathétique. Tous. Trop. J'aurais voulu les arrêter, leur dire qu'il n'y avait rien à voir, que papa n'aurait pas voulu. Non, il n'aurait pas voulu de cette morbide mascarade. Des sanglots étranglés par ici, des conciliabules par là, des souvenirs déjà fanés évoqués avec trop d'insistance, des anecdotes relatées autour de son corps mort… J'ai haï ces moments. Le regard imprégné d'une profonde pitié, les gens m'embrassaient, me serraient dans leurs bras, me caressaient la joue… et chacun répétait bêtement cette phrase informe : il va falloir être forte ! Je me suis prêtée sans sourciller à l'exercice. J'ai été une petite fille polie. Je ne leur ai pas crié ma colère. Aujourd'hui, je me fais un immense plaisir à l'écrire, presque 40 ans plus tard. Oui, ce voyeurisme morbide me répugne et m'angoisse. Oui, je déteste tous les gens qui ne peuvent se sentir vivant qu'en cotoyant le malheur des autres. J'éprouve encore à leur égard un terrible malaise, mais il n'est rien à côté de celui qui m'attendait quelques jours plus tard.

Le curé, ami de la famille, est venu à la maison. Maman souhaitait que papa, bien qu'athée, ait des funérailles catholiques. Il était extraordinaire de bonté et de tolérance cet homme. Il avait été un héro de la résistance et en cela, il avait, malgré sa soutane, forcé le respect de mon père. Ils débattaient souvent tous deux sur des sujets d'actualités, de philosophie, de culture. Papa opposait sa pensée parfois trop progressiste à la sienne, mais revenait parfois sur ses pas, conquit par la sagesse de cet homme.

C'est lui qui a dit la messe de funérailles, peu avant Noël, dans la grande cathédrale d'Albi. Il y avait tant de monde pour lui dire aurevoir, que les gens sont restés sur le parvis, glacés par la tristesse et la température. Ou, pour certains, peut-être le contraire.

Ses amis ont porté son cercueil. Maman, mes frères et moi l'avons suivi lentement. Le curé l'a accueilli avec ces mots magnifiques : " je souhaite la bienvenue dans la maison de Dieu à un Chrétien qui s'ignorait. " J'ai enfin pleuré.

Je ne vous parlerai pas de ce dernier moment, où sur sa sépulture, par dessus les roses, j'ai vu des pelletées de terre s'effondrer. 

Depuis ce jour, je fuis les enterrements.

Le lendemain, je suis repartie à l'école. J'ai décidé de vivre pour ne pas mourir de chagrin. Je l'ai fait pour ma mère… Je n'avais pas encore conscience que je pouvais aussi le faire pour moi. C'est à ce moment-là que V est réellement entrée dans ma vie. Ce n'est pas l'autre jour que je l'ai vue pour la première fois dans le miroir…  Non, elle a vieilli en moi, avec moi. Je l'est inventée pour me sauver. Je ne pouvais pas porter toute seule ma tristesse. Il  me fallait de l'aide pour continuer le chemin, une main, une épaule, une voix… Un autre moi où cacher mes peurs et mes angoisses, un autre moi où planquer ma colère, mes complexes, mes cauchemars. Elle est mon âme sœur. Elle est mon âme sombre. Elle est un peu de moi.

C'est comme cela que je me suis construite, c'est comme cela que je vis. Une forme de schizophrénie salvatrice qui m'a plutôt bien réussie et que dont j'assume à ce jour la logique, comme une équation algébrique, deux moins additionnés font un plus. Ce plus, c'est V : Un supplément d'âme que m'a donné la vie et qui fait ma force aujourd'hui. 

Suite...

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

ARGUEL


Voir le profil de ARGUEL sur le portail Overblog

Commenter cet article