Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes p'tits billets... pas toujours doux !

Ce blog est dédié à mes rencontres, mes passions, et à ma si jolie ville, Albi, coeur d'Occitanie. Pour le plaisir du partage, de l'écriture et peut-être, le vôtre... celui de la lecture !

Des guitares. Mais plus de voix.

Je n'avais pas décidé de regarder à la télévision les obsèques de Johnny. Par pudeur peut-être. Pour ne pas voir la douleur de son épouse, frêle Laetitia, ou par peur de deviner les visages de ses petites filles que je craignais pétris de tristesse. Je crains toujours le voyeurisme lorsqu'il s'invite dans des évènements aussi tristes, intimes.

 Mais pourtant, je l'ai fait.

Je suis entrée en communion avec le peuple de France. Je n'avais pas le blouson, ni le tatouage, ni le T.shirt à l'effigie du rockeur. Pas même une rose à la main... Rien, seulement un pincement au cœur, d'une étrange douceur. Je me suis sentie comme une enfant à qui on lâche la main, et qui doit poursuivre seule le chemin, comme si  un petit bout de mon histoire se fissurait... une douce tristesse.

Douce parce que Johnny n'était pas mien, et résolument triste car il était nous tous, à travers  ses mélodies accolées à nos amours, sa voix puissante posée sur nos malheurs et nos colères,  ses reafs de guitare qui accompagnaient nos plus furieuses envies, ses refrains qui collaient à nos réalités les plus intimes... ce tout, sa musique, qui a accompagné nos histoires, nos vies. 

A la réflexion, je suis étonnée. Étonnée d'avoir été touchée par son départ. Je me croyais au dessus de ces émotions là, non pas que je les jugeais inappropriées ou déplacées, mais car je n'avais pas imaginé que la musique de Johnny comptait aussi pour moi. Je n'avais pas vraiment mesuré la place quelle prenait dans mon histoire, et en écoutant ses chansons j'ai compris quel était ce lien. Johnny avait en fait instauré un vrai dialogue avec son public. Quel qu'il soit. Il nous parlait de lui, de nous. Je ne lui ai jamais répondu, alors, aujourd'hui, à titre posthume,  je t'applaudis Johnny !

Bien à vous, et à vos mé

lodies,

 

Hélène 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

ARGUEL


Voir le profil de ARGUEL sur le portail Overblog

Commenter cet article